La culture

Vous êtes membre la Fondation de l'Hermitage à Lausanne, de la Fondation Engelberts pour l'art et la culture, de la Fondation du Musée national et de la Fondation de soutien du Pôle muséal. Pourquoi la culture vous passionne-t-elle ?
Trois domaines me sont particulièrement chers:

l'histoire

Elle relie à la fois le passé, le présent et le futur. J'ai toujours eu une passion pour l'histoire. L'aventure des hommes à travers les siècles ne peut nous laisser indifférents. Tout ce patrimoine légué par les générations précédentes est une source immense de réflexions et d'interrogations: comment apprendre du passé, comment vivre actuellement avec ces racines et comment déterminer celles qui survivront dans les siècles futurs. C'est une source inépuisable d'études et de satisfactions quand on s'en occupe. Mon intérêt ne fait que croître avec les années et je m'y penche toujours avec un attachement renouvelé.

les arts plastiques, notamment la sculpture

Lors de mes études à l'Ecole du Louvre à Paris, j'ai eu la chance de rencontrer des peintres et des sculpteurs qui m'ont appris à regarder, à apprécier la matière et les couleurs et à exercer mon regard. Cela a attisé ma curiosité et m'a incitée à étudier les différents mouvements et écoles liés à cette forme d'art. Les nombreuses visites d'ateliers et d'expositions m'apportent à chaque fois une nouvelle expérience et aiguisent mon intérêt.

la musique

A 13 ans, lors d'un séjour linguistique à Salzbourg, j'ai découvert Mozart et la passion ne m'a plus quittée. J'ai eu l'occasion de découvrir l'art choral grâce au professeur de musique du collège. Mon adolescence a été marquée par la chanson française, par Salut les Copains et par de nombreux festivals dont celui, mythique, de l'Ile de Wight en 1970 et puis Paléo depuis des années. Encourager des jeunes à l'étude de la musique est une joie permanente.